Icone English English | Icone Français Français
Le Voyageur Galactique






le site du grand ordre de la serviette (GOS)

la boutique du Grand Ordre de la Serviette (GOS)

Nos autres sites :

Le site du Grand Ordre de la Serviette

Cinéma de Rien : le cinéma et la TV britannique

Sites amis :

Webmarketing42 : SEO, SEA, web analytics,...

Lou Alex Sand, conseil en image Paris

> Interview avec Garth Jennings, réalisateur du film H2G2, le guide du voyageur galactique



Garth Jennings

 Interview réalisée en juin 2005 par mail. En plus d'être un très bon réalisateur, Garth est probablement l'un des mecs les plus sympas que vous puissiez avoir l'occasion de rencontrer. et en plus ses réponses sont remplies d'humour.




> HAMMER & TONGS

Nicolas Botti : Avec Nick Goldsmith (également producteur sur H2G2), vous avez fondé Hammer & Tongs et avez connu un joli succès en filmant des clips (pour Jeff Beck, REM, Fatboy Slim, Eels,...) et des pubs. Les duos sont très peu habituels dans le milieu de l'audiovisuel. Comment avez-vous réussi à rester soudés tant d'années?

Garth Jennings : je pense que si nous travaillons depuis si longtemps ensemble c'est parce que nous aimons tout deux ce que nous faisons, et que nous avons donc réussi à passer le cap de tous les moments difficiles. C'est comme un couple marié - mais sans le sexe!

NB : Votre univers et votre trajectoire est très proche de celui de Spike Jonze - "Dans la peau de John Malkovich" et de Michel Gondry ("Eternel sunshine of the spotless mind"). Vous sentez-vous proche d'eux?

GJ : Je ne connais pas Michel Gondry, mais c'est grâce à Spike Jonze qu'on a eu ce boulot (NDE : Spike Jonze les a recommandé auprès de Touchstone pour H2G2). J'aimerais dire qu'on se sent proche d'eux parce que ce serait très cool - mais Nick et moi travaillons isolés sur une péniche aussi nous n'avons pas le sentiment de faire partie d'un groupe. A part pour les canards qui viennent souvent traîner autour de notre péniche. Les canards font partie de notre groupe.

NB : C'est votre premier long métrage et vous aviez juste 30 ans quand vous avez signé pour le film. Aviez vous peur de travailler sur un tel projet?

GJ : Jamais. Enfin, presque jamais. Un tout petit peu. Quelquefois. Au tout début. Et à la fin. C'est très flou. Infirmière!


> H2G2, LE DEBUT

NB : Ce film est resté coincé dans l'enfer des projets qui n'aboutissent jamais (le fameux development hell) pendant 25 ans? Pourquoi une telle attente et pourquoi le projet aboutit aujourd'hui?

GJ : Beaucoup de planètes doivent s'aligner pour qu'un film puisse se faire. Vous pouvez avoir un superbe script et les meilleures intentions du monde, ça ne veut pas dire que votre film va se faire. Cependant, je pense que le moment où Jay (NDE : Jay Roach, producteur du film et réalisateur d'Austin Powers) a rectué Karey (NDE : Karey Kirkpatrick, auteur du script de Chicken Run) et la révision qu'a fait Karey du script laissé par Douglas ont permis de faire tomber les barrières. Jusque là, le projet était toujours resté coincé au même endroit. Soudainement, il a pris du sens pour tout le monde au Studio et c'est alors qu'on a été recruté.

NB : H2G2, dans toutes ses précédentes incarnations (dont la série télé de la BBC), a toujours été basé sur les mots et sur des idées plutôt que sur une trame narrative. Ce n'est pas vraiment le meilleur début pour faire un film.

GJ : Ce qui est super avec la radio c'est que vous pouvez dire "le président a deux têtes" et cela ne vous coûtera pas un centime. Mais dans un film ça implique un paquet d'argent, des gens, des ordinateurs, des prothèses, un écran bleu, de la colle, du gel, du fric, des larmes, des bagarres.... Et une fois que vous avez réussi à vous dépatouiller de tout ça, vous tombez sur une phrase genre " et ils entrèrent dans une usine de construction de planètes" et là vous devez tout recommencer... mais cette fois avec moins de gel.

Nous avons essayé de garder toute cette merveilleuse attention aux détails et d'en mettre autant que nous pouvions dans les visuels et les personnages. Un exemple : les crabes sur Vogsphère. J'ai toujours adoré cette entrée du Guide à propos du comportement des Vogons - ils s'assoient sur le dos de biches sans aucune raison valable (écrabouillant leur dos par la même occasion) et écrasent des crabes à coup de marteau sans pour autant en tirer une satisfaction particulière. Nous avons glissé les crabes dans l'histoire. Pauvres crabes. Ils ne passent pas un bon moment. Et la chaise de Jeltz est une biche géante au dos complètement écrabouillé. Triste, vraiment.

NB : Karey Kirkpatrick a fini le scénario de Douglas. Karey a t il joué un rôle vraiment important dans la création du film. Vous avez également mis la main à la pâte et vous avez travaillé avec Karey sur le scénario. Comment cela s'est il passé?

GJ : Comme je l'ai dit auparavant, Karey a trouvé le petit truc pour décoincer la situation et permettre au film de se faire. C'était la première personne que nous avons appelé quand nous avons lu le script. Toutes nos craintes de voir le script tombé dans de mauvaises mains se sont évaporées une fois que nous l'avons lu. Karey est très intelligent et très facile à vivre. Il est resté à Londres pendant une période initiale de développement du scénario, et le reste du temps nous avons travaillé par téléphone, e-mails.... puis des réunions quand Nick et moi nous nous sommes rendus en Amérique. J'ai de très bons souvenirs de cette période. Karey écrivait souvent au même café, et nous parlions du générateur à improbabilité infinie alors qu'il commandait son dixième cappuccino. Il est très rapide. Il ne reste jamais coincé en route. Et il fait les meilleures langoustines grillées que vous n'aurez jamais l'occasion de goûter. Un mec très cool.

NB : Qu'est ce qui vous a poussé à faire ce film?

GJ : Comment résister? C'est le plus merveilleux projet qu'on pourrait vous offrir. Un gros budget fruit d'un travail d'amour.


> LE TOURNAGE DU FILM

NB : Pendant plusieurs années, Jay Roach (Austin Powers, Mes beaux parents et moi) est resté le réalisateur attitré du film, et a conservé jusqu'au bout la casquette de producteur. Est-ce qu'il a joué un rôle important dans le résultat final du film?

GJ : La collaboration de Jay avec Douglas puis avec Karey a joué un rôle essentiel. Il a approché Spike Jonze et à par son biais nous a trouvé. Du début jusqu'à la fin il est resté le conseiller le plus décontracté et enthousiaste que vous puissiez imaginer.

NB : Vous avez également travaillé beaucoup avec le producteur exécutif Robbie Stamp qui était un ami et un collège de travail de Douglas. Sa présence a t elle été utile au film?

GJ : Bien sûr!! Robbie était sur le tournage tous les jours. Il représentait Douglas, sa famille et ses amis. Nick et moi-même savions qu'il y avait beaucoup de fans comme nous qui prennent très au sérieux H2G2, mais avoir Robbie à nos côtés nous rassurait sur le fait que nous ne pourrions pas nous écarter du bon chemin.

NB : Disney vous a également laissé travailler avec vos collègues habituels qui font partie de la famille Hammer & Tongs (le directeur de la photographie Igor Jadue-Lillo, la costumière Sammy Sheldon, le réalisateur de la deuxième équipe Dominic Leung...). Etait-ce important pour vous?

GJ : Ils ont tous été une partie vitale de notre travail jusqu'à présent, aussi les perdre soudainement aurait été incroyablement stupide.

NB : Loin d'être 100% numérique, le film fait la part belle aux vrais personnages conçus par le Jim Henson Creature Shop, à de vrais décors et à des maquettes. Pourquoi un tel choix quasiment à contre-courrant?

GJ : Globalement, on a un bon équilibre entre les effets numériques et les effets classiques. C'est plus drôle de filmer des choses réelles si vous pouvez. Vous obtenez de meilleurs performances de la part des acteurs, de meilleures textures, vous pouvez être plus spontanés, et vous ne vous ennuyez pas comme lorsque vous filmez dans un grand studio tout en bleu. Je parie que le fait d'entrer sur un plateau tout en bleu vous fait perdre exactement 38% de votre énergie. Une petite partie de votre cerveau voit très bien qu'il n'y a rien à voir et va se coucher. C'est pareil pour tout le monde sur le plateau, et vous devez travailler bien plus pour obtenir un résultat correct.

NB : Quels sont vos meilleurs souvenirs sur H2G2? Et les pires?

GJ : J'ai plein de merveilleux souvenirs. Trop pour les compter. Le feu vert pour le film a été un moment assez incroyable. La séance d'enregistrement de l'orchestre et de Neil chantant "So long and thanks for all the fish" était sacrement brillante. Le moment où on a pu voir la version finale de l'usine de planètes. Les essais de Zooey (NDE : Zooey Deschanel qui joue Trillian) et Martin (NDE : Martin Freeman qui interprète Arthur Dent) pour leurs personnages. La première fois que nous avons assister aux premiers pas de Jeltz (NDE : le commandant Vogon, une marionnette de deux mètres)... la liste est sans fin! Le pire moment? Quand j'ai eu un terrible mal d'estomac sur Viltevolde 6 (NDE : pendant le tournage sur la surface enneigée de Magrathéa, Garth n'a pas voulu mettre de masque pour rassurer les acteurs quant au caractère inoffensif de la neige artificielle utilisée : Garth a payé le prix fort de son imprudence quelques jours plus tard!).


> H2G2, LE FILM = UN FILM AMERICAIN OU UNE NOUVELLE RACE DE FILM ANGLAIS?

NB : Plusieurs comédies anglaises atypiques ont récemment été tournées comme "Shaun of the dead" et "League of gentlemen" filmées par des gens qui viennent de séries télé déjantées. Il y a plusieurs liens entre ces films et H2G2 (et pas seulement par le biais du casting). Vous sentez vous proche d'eux? Pensez-vous qu'une nouvelle forme de comédies anglaises est en train de voir le jour qui pourrait régénérer l'industrie cinématographique britannique?

GJ : Je ne connais pas personnellement les gars de la "League of gentlemen" bien que nous ayons travaillé avec eux (NDE : plusieurs d'entre eux jouent dans H2G2) et qu'ils soient nos héros. Je viens de voir leur film qui est fantastique! En fait, vous devez à tout prix arrêter de lire ceci, et courir aller voir ce film tout de suite (NDE : pas de chance, aucune sortie française à l'horizon alors que j'écris ces lignes) ! Edgar Wright qui a dirigé "Shaun of the Dead" fait une apparition dans notre film pour nous rendre la pareille (nous avons incarné des zombies dans son film). Mais franchement il n'y pas de mouvement concerté et commun à ma connaissance. Peut-être qu'il y en a un et que personne ne nous a rien dit? Peut-être qu'il sont en train de discuter dans un bar enfumé, en buvant leur café, sur leurs films et le meilleur moyen de régénérer l'industrie britannique du cinéma. Mais peut-être pas.

NB : Même si H2G2 a été financé par Hollywood, peut-on dire qu'il s'agit davantage d'un film anglais que d'un film américain?

GJ : Oui bien sûr. Vous pouvez même dire que c'est un film suédois si ça vous chante!

NB : En Grande Bretagne et aux Etats Unis, H2G2 fait partie de la culture générale. Pensez-vous que votre film peut marcher dans des pays où Douglas est inconnu?

GJ : J'adore H2G2 et je pense que Douglas a écrit quelque chose qui est drôle pour tous les gens sur toute la planète. J'espère que le film n'a pas inversé cette tendance et limiter son impact mondial.

NB : le film est très particulier, et a un ton très personnel dû à l'imagination de Douglas et vos propres choix visuels. Pensez-vous qu'il peut plaire à toute sorte de pubic (sic)?

GJ : Je suppose que vous avez fait une erreur de frappe et que vous vouliez dire "public" et non "pubic" ("pubien" en anglais!). Néanmoins je pense que ce film pourrait plaire aux poils pubiens aussi bien qu'au public. C'est un film étrange mais très amusant. J'adore voir ce type de films et j'espère que de nombreuses autres personnes partagent cette même envie.


> ET ENSUITE....

NB : Etes vous satisfait des réactions de la presse, des fans et du public? Pensez-vous que Douglas Adams aurait aimé le film?

GJ : Je suis enchanté par les réactions. Nous avons été comblé. Je sais que la famille de Douglas a aimé le film et c'est le mieux que nous pouvions espéré.

NB : La fin du film nous laisse espérer qu'il y aura une suite. Si Touchstone vous le propose, seriez-vous partant?

GJ : Seulement si je peux avoir ma loge particulière d'un kilomètre de long avec un jacuzzi, un château gonflable et un four à bois pour faire cuire les pizzas.

NB : A quoi ressemble une journée typique de Garth Jennings maintenant que H2G2 est fini?

GJ : Des couches, Le Monde de Némo, du thé et encore plus de couches (NDE : Garth a eu un enfant alors que le film était en préparation, et il a eu un deuxième enfant une fois le film sorti)

NB : Quel est votre prochain projet?

GJ : Tourner un film que nous avons écrit. C'est une période très excitante. Espérons que les planètes vont à nouveau s'aligner.